(Oui je sais, elle était facile, celle-là)

Comme promis pour les ceusses qui ne sont pas trop "réseaux sociaux", une petite récap' bloguesque de mon défi #100happydays.
Et pour que les milliards de followers en délire gentils patatophiles qui me suivent également sur Twitter n'aient pas trop l'impression d'être servis avec du réchauffé, de temps en temps ici, j'élaborerai.
Paske 140 caractères c'est un peu peu par moments, surtout qu'il faut identifier le défi et numéroter le jour ET que j'essaye d'y caser le hashtag #PatateHappy (OK, j'ai oublié plein de fois au début) pour que mes photos soient plus faciles à retrouver au milieu des autres shiny happy people.

Voici donc sans plus tarder, les huit premiers jours de mes #100happydays.

100happydays.001.jpgJour 1.

Le plaisir de croiser un bosquet de marguerites (Une de mes fleurs préférées) (Avec le Gerbera, qui n'est jamais à mes yeux qu'une marguerite version color block) au détour d'une promenade.

Et de penser à pro-fi-ter de la douceur de l'instant au lieu de ruminer des idées noires à base de fait-chier-de-se-promener-toute-seule-sans-personne-à-qui-parler. Être fière de soi aussi, parce qu'on a bougé son tubercule du canapé au lieu de larver le dimanche entier.
Patate Happy, je vous dis !


100happydays.002.jpgJour 2.

Profiter du jour férié pour renouer avec un de mes vernis préférés : le platinum marble de Mavala, un joli parme métallisé qui s'applique comme un rêve (2 couches ici, parce que j'avais le temps, mais une seule fait déjà très joli) même quand c'est Calamity Patate qui fait sa manucure.

Plaisir d'avoir (Et surtout de prendre) un peu de temps pour prendre soin de soi.





100happydays.003.jpgJour 3.

Croiser au détour d'une promenade (Encore ?! Pataaaaate, t'en as pas marre de te promener ?) (Bah non, il paraît que c'est bon pour la digestion), cette version récup' des nains de jardin.

Sourire, s'arrêter, repartir en arrière te raconter surtout les carambars d'antan et les coco boer pour immortaliser l'instant.

Oui, j'ai sauté la clôture pour prendre la photo.





100happydays.004.jpgJour 4.

Le parfum des lys dans la salle d'attente de Mme Mapsy.

Cinq minutes de pause pour se recentrer et essuyer le mascara qui avait coulé, juste après une séance qui fut douloureuse et dont je suis sortie démolie (Ouais, c'est pas toujours la fête du slip avec Mme Mapsy, elle est sympa mais des fois elle gratte là où ça fait bien mal).
Mais j'ai emmené avec moi l'image de cet odorant et magnifique bouquet de fleurs.






100happydays.005.jpgJour 5.

Mon T-shirt de Zumba à la fin du cours. Bon à tordre, mais que c'était bon !!

Un jour il faudra VRAIMENT que je me décide à te raconter la Zumba, parce que c'est quand même une activité sportive à laquelle je m'adonne (Plus ou moins régulièrement, selon ma procrastination du moment et mes moyens financiers souvent manquants) depuis plusieurs années, et que c'est bien la seule que je pratique avec un grand sourire aux lèvres.

(Au bas d'un visage rouge et luisant)
(Sous un brushing ruiné en moins de 2 minutes)
(Et surmontant des fringues mouillées à plein d'endroits pas très élégants)



100happydays.006.jpgJour 6.

Merci à la gentille collègue qui a pensé à me garder le dernier baklava de la boîte ramenée de ses vacances en Turquie.

J'adoooOOooore les sushis pâtisseries orientales en général, le baklava en particulier, et pour une fois, j'ai profité de ce petit plaisir de gourmande sans me culpabiliser sur les whatmille calories ingérées.

Il faut dire que quand c'est le dernier, c'est plus facile de ne pas s'enfiler la boîte en entier.



100happydays.007.jpgJour 7.

Un verre avec une copine pas vue depuis longtemps.

Je te laisse deviner lequel est le mien.

Je te laisse également deviner de combien ce premier verre fut suivi.
(Un indice au bas de votre écran : j'avais déjà mal aux cheveux en rentrant)








100happydays.008.jpgJour 8.

Ma #PotatoPlanche de dimanche dernier.

Ah que j'étais heureuse ! Ah que j'étais fière !!

Depuis j'ai méchamment régressé, mais j'ai au moins le plaisir d'avoir gardé trace de cet exploit. Et de ne pas l'avoir réalisé en solitaire comme mes promenades grâce à vous toutes, les courageuses qui m'accompagnez et me motivez tous les jours sur Fesse de Bouc.

MERCI !