Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 21 septembre 2016

Cosmétiques en stock (09.2016)

Oh, une poufferie du mercredi, cela faisait longtemps !
Oh, une blog-note, cela faisait longtemps aussi !

Le précédent inventaire c'était déjà il y a 6 mois. Le Patatophile averti aura quand même noté qu'il m'est arrivé de procrastiner bien plus que ça...

Vu que je compte faire une razzia de rentrée prochainement à la para, j'actualise vite fait l'inventaire de tout ce que j'ai en stock dans mes placards/tiroirs (Une fois que je les entame, je les barre, la fois suivante ils disparaissent de la liste. Idéalement, dans l'intervalle je vous en aurai parlé dans une blog-note dédiée) (Si si si, parfois je le fais !), afin de ne rien acheter "d'avance" que j'aurais déjà en 12.000 exemplaires non entamés et vu que je pourrais aisément soutenir un siège en étant tous les jours lavée/coiffée/maquillée (Je pourrais même repousser les ennemis en leur balançant de l'eau micellaire bouillante du haut des remparts de ma grelucherie).

cosmetiques.jpg
Accessoirement, c'est aussi une tentative de juguler mes tendances à l'achat compulsif dans les rayons de la para ou du Sephora, afin de m'élever vers un certain idéal de minimalisme. Ah, et de faire des économies, aussi.

NdT : si tu veux réellement mesurer mes progrès, tu peux comparer avec mon stock de printemps d'il y a 4 ans. Il y a encore moyen de s'améliorer, mais l'évolution est déjà notable.

Actuellement, j'ai donc "d'avance" ...


Les nettoyants visage qui se rincent à l'eau :

  • - 3 savons artisanaux (J'avais ENFIN réussi à me débarrasser du dernier pain dermatologique qui traînait là depuis des années, en le recyclant pour le lavage de mains - et je confirme : j'ai horreur de ça - et voilà-t'y pas qu'une bonne âme en vacances sur un marché de Provence s'est avisée de m'en ramener un lot) (Si c'est pas malheureux d'avoir des gens qui pensent à vous pendant leurs congés et qui vous ramènent des cadeaux !)


Les gommages visage :

Après des années de d'efforts et de discipline, j'ai atteint l'objectif zéro stock dans cette catégorie; j'espère que tu es fier de moi, lecteur de mon coeur.

Les démaquillages divers et variés :

  • - lotion tonique hydratante (Caudalie) en flacon pompe de 200 mL
  • - eau micellaire (La Roche Posay) en flacon de 200 mL
  • - gelée d'huile démaquillante Aciana Botanica (Sanoflore) en tube de 125 mL (Sitôt achetée, sitôt attaquée)


Les produits lavants pour le corps et les cheveux :

  • - gel moussant intime (Rogé Cavaillès) 200 mL
  • (Oui je sais, racheter un 200 mL alors que je viens à peine d'entamer le gros flacon de 400 mL, ce n'était pas VRAIMENT nécessaire, mais y avait une promo, et puis que veux-tu, ma chatte l'a adopté)
  • - 3 1 gel douche Yves Caillou (Riz violet du Laos)
  • (J'ai non seulement entamé ceux à la noix de macadamia et à la fleur de tiaré, mais tu noteras aussi que par rapport aux fois précédentes, je n'en ai pas racheté, je résiste à toutes les avances de ce cher Yves !) (Tu peux m'applaudir, connaissant ma faiblesse pour les cadeaux, boîtes et trousses en tout genre)
  • - crème de douche à la grenade (Weleda) 200 mL
  • (Un cadeau du Papa Nowel, alors ça ne compte pas)
  • - gel douche tonifiant au lierre (Elancyl) 200 mL
  • - gommage corps fondant aux pétales de fleurs d'amandier et d'oranger (Nuxe)
  • (Avec un nom pareil, on s'en doutait) (Alors là je plaide non coupable Votre Honneur, c'est un format 50 mL offert en cadeau à la para bicoz je venais d'y laisser un bras)
  • - shampooing fortifiant à la quinine (Klorane) 100 mL (flacon de voyage offert par la para chez qui je venais de laisser un bras)

Toi aussi, tu as remarqué que j'ai de quoi me doucher pendant au moins toute une année ? Et ce, sans compter les 4 flacons/tubes/pompes de gel douche divers zé variés actuellement en cours d'utilisation ?
La quête du minimalisme est un travail de longue haleine...

Les soins pour le corps :

  • - baume émollient Exomega pour peaux atopiques et très sèches (A-derma) 200 mL
  • - lait réparateur au karité peaux très sèches (Yves Rocher)
  • (Tube de 75 mL "offert" l'an dernier pour mon anniversaire) (Tu comprends maintenant pourquoi mon stock de gels douches "Jardins du Monde" avait du mal à diminuer ?!)
  • (Monsieur Caillou étant tout de même une des seules personnes qui n'ait JAMAIS oublié de me souhaiter un joyeux anniversaire) (Même depuis l'au-delà ! )
  • - gelée buste repulpante (Lift'Argan) 100 mL
  • (J'en ai racheté sitôt le flacon actuel entamé !)
  • - déodorant en spray "beauty finish" (Dove)
  • - 1 déo bille au thé vert (Laino)
  • (Sitôt acheté, sitôt attaqué, le principe même du "zéro stocks")
  • - 1 déo bille Pureté de Lin (Sanoflore) (Ok... Maintenant c'est zéro et demi)
  • - Brume corps toucher sec SPF 50 (Eucerin) 1 bombe de 200 mL
  • (Celle que j'ai utilisée tout l'été et que j'ai adorée pour sa protection sans faille et son super effet frais sur la peau) (Mais oui, même quand elle a passé tout l'aprèm en plein cagnard, je vous en reparlerai) (Refrain connu)
  • - Huile corps nutritive Anthelios SPF 50 (La Roche Posay) 1 flacon de 200 mL
  • (Celle que je n'aurais pas dû acheter paske j'en avais déjà bien assez avec l'autre mais on ne sait jamais, des fois que je gagne au loto et que j'aie subitement le temps et l'argent pour partir sous les cocotiers)



Les soins pour le visage :

  • - Elixir du marabout (Garancia)
  • (Génialissime, et je pèse mes mots !!!)
  • - Philtre légendaire et centenaire (Garancia) 1 flacon de 95 mL
  • (Un des rares produits de chez eux que je n'ai pas encore essayés, j'ai hâââte !) (Oui, ça fait 2 ans que je le dis...)
  • - masque à l'argile rose pour peaux sensibles (Argiletz)
  • - soin kérato-régulateur intensif "LP Fort" (Zeniac) 30 mL
  • (Ze best of ze best des crèmes anti-boutons, je viens enfin de t'en parler, et d'en racheter pour ne pas risquer de tomber à court)
  • - crème anti-irritations Cu-Zn+ (Uriage)
  • - soin rénovateur peaux grasses Effaklar K (La Roche Posay aussi)
  • - crème de réparation épidermique Cicaplast (La Roche Posay)
  • - crème anti-rides de nuit Physiolift Yeux (Avène) 15 mL
  • - Gel-crème toucher sec pour le visage Anthelios SPF 50 (La Roche Posay) 50 mL
  • - Stick "zones sensibles" Anthelios SPF 50 (La Roche Posay)
  • (Je fais des infidélités à Avène, cette année)

Heureusement que les produits ne commencent à périmer qu'une fois ouverts (Et que je les stocke à l'abri de la lumière et de la chaleur) !

Les divers :

  • - baumes à lèvres divers et variés, nous n'y reviendrons pas
  • (Mais les stocks diminuent lentement - il ne me reste plus que 2 Ictyane, 1 Laino et 1 Bariéderm - tous les espoirs sont permis) (Bon OK, je triche, j'en ai un tube entamé dans la poche de chaque manteau)
  • - 2 flacons de gouttes bleues (Innoxa)
  • - shampooing sec à l'avoine (Klorane)
  • (Dont j'ai quand même fini par te causer)
  • - crème NOK anti-échauffements (Akiléine)
  • - crème apaisante peau et muqueuses sensibles (Saforelle) en tube de 50 mL
  • (Perso c'est pour les muqueuses, si tu veux tout savoir, parce que >20 ans de pilule, ça ne pardonne pas : tu te retrouves avec la touffe aussi fine et fragile que du papier à cigarettes) (Oh mais qu'il me tarde la ménopause pour rajouter l'option "sécheresse" à mon menu best of) (Ou pas)
  • - Pansoral gel cicatrisant pour les aphtes
  • - Spray nomade d'urgence au miel et à la propolis (Ballot-Flurin) 1 petit flacon (Ce truc est MAGIQUE pour quand la gorge commence à gratouiller, et je pèse mes mots) (Ce truc est aussi légèrement alcoolisé, donc à pschitter avec modération)
  • - huile de massage à l'arnica (Weleda) en flacon de 50 mL
  • (J'en ai racheté car le niveau commence sérieusement à baisser dans mon flacon actuel)


C'est à peu près tout ;-)
Comme tu vois, je suis en progrès : à peine quelques produits ajoutés, et quand même beaucoup de finis ou d'entamés dès l'achat, preuve que mes habitudes de consommation ont quand même tout doucement évolué sur la voie de la "décroissance beauté".

Une prochaine fois, je te raconterai mes crèmes pour les mains. Là aussi, il y a des efforts à faire... ;-)


mardi 19 avril 2016

Faille spatio-temporelle

... En forme de blind test.

Cela s'appelle Massive Music Quizz et je ne remercie ab-so-lu-ment pas la copine qui me l'a fait découvrir.
Du coup je partage, for-cé-ment. * Patate Pourrite Powaaaaa *

Je suis une killeuse en variété française et j'ai le modjo de la catégorie années 80.
J'ai aussi... une montagne de vaisselle sale dans l'évier, de repassage et de sommeil en retard, sans parler des blog-notes avortées, pour cause de "allez, encore une partie et puis je vais me coucher".

D'ailleurs, j'y retourne, vous permettez monsieur, que j'embrasse votre fille ?


jeudi 14 avril 2016

Bonne résolution 2016

meditate-before-medicate.jpgLe 14 avril, oui, je sais.

Si j'ai procrastiné la blog-note, je te rassure lecteur de mon coeur, cette bonne résolution est bien en application depuis le mois de janvier.
Je vais même m'autoriser un peu d'auto-congratulation, tu permets, parce que malgré les difficultés et les imperfections, je m'y tiens, à ma résolution.

Meditate before you medicate.
La méditation avant la médication.

(Ou comment tenter de ne pas retomber dans les anxiolytiques et/ou les anti-dépresseurs, quand on se sent glisser et que jeter sa télé ou faire du sport, cela ne suffit pas)

Vu mon cheminement intérieur de ces dernières années, me mettre sérieusement à méditer aurait sans doute fini par s'imposer comme une évidence (Tu noteras que c'est d'ailleurs la suite logique de la bonne résolution 2015).
Surtout que la méditation, c'est comme le yoga - que je pratique d'ailleurs déjà - et le régime sans gluten : ZE truc à la mode. Cela ne m'étonnerait d'ailleurs pas que l'une ou l'autre célébrité branchée s'y adonne (Gwyneth Paltrow ? Emma Watson ? Jennifer Aniston ? Ou peut-être même Madonna ?) (Oh non, je sais, Angelinaaaaaa).
Mais comme les modes, moi, ça me saoule, j'aurais aussi bien pu passer à côté pendant encore quelques années.

Heureusement, vers la mi-2015, l'Univers a mis sur mon chemin un passionnant bouquin : "Full Catastrophe Living" de Jon Kabat-Zinn (Je l'ai lu dans sa version originale, mais en VF c'est "Au coeur de la tourmente, la pleine conscience").

L'auteur est ni plus ni moins que l'inventeur de la fameuse "pleine conscience" dont on nous rebat régulièrement les oreilles (C'est à la mode, je vous dis...), qu'il a développée au début des années 80 pendant que d'autres allaient dans des soirées où l'ambiance était chaude et les mecs rentraient Stan Smith aux pieds, le regard froid dans la "Stress Reduction Clinic" qu'il avait fondée au passage et au MIT (Zeugma, 10 points !).
Le livre explique les tenants et aboutissants, ainsi que les bases, de son programme MBSR : Mindfulness-Based Stress Reduction et c'est franchement passionnant. Je me suis en outre vite rendu compte (Sans E à "rendu", merci d'arrêter de me faire saigner les z'yeux) que lors de cette période noire de ma vie où j'avais plongé dans le burn-out, certains aspects de la méthode avaient été utilisés dans ma thérapie.
J'ai regretté a posteriori, qu'à l'époque on n'ait pas identifié comme telle la pratique du "mindfulness" (Si tu veux dire "pleine conscience" mais en te la pétant un peu, tu le dis en Anglishe) et que jamais personne n'ait mentionné cet ouvrage. Mais peut-être aussi qu'à ce moment-là de ma vie, il ne m'aurait pas autant bouleversée. Je finis par croire que les choses n'arrivent que quand on est prêt à les accepter...

Je ne peux que vous conseiller ce livre, qui n'est pas un énième bouquin de développement personnel, mais un compte-rendu à la fois scientifique - car oui, le programme MBSR en 8 semaines, a produit des résultats validés et publiés - et profondément humain de ce que la pratique de la pleine conscience peut apporter à ceux qui souffrent dans leur chair ou dans leur tête.
Et soyons honnêtes : on souffre tous un peu, dans nos têtes.
(Rassurez-moi, c'est pas juste la mienne qui ne va pas ?)

J'ai donc lu ce livre en 2015, et tandis qu'il résonnait en moi, l'Univers n'a pas cessé de balancer de la méditation sur mon chemin pendant le reste de l'année, comme autant de peaux de banane; un article de magazine par ci, une appli pour smartphone par là (Petit Bambou) (Je t'en reparlerai si tu veux, elle est très bien), jusqu'à cette incroyable coïncidence : tomber (Après toutes ces chausse-trappes, tu m'étonnes...) sur un cycle de 6 semaines de pratique de la "méditation pleine conscience" qui commençait en janvier.

"Ce sont des exercices basés sur la méthode MBSR, c'est américain, je ne sais pas si vous connaissez ?" qu'elle a dit, la dame au téléphone. "On les a un peu adaptés parce que normalement c'est 8 semaines, mais nous on pratique en 6".
Cerise sur le gâteau : le jour et l'horaire de réunion qui semblaient choisis exprès pour se couler dans un interstice de mon emploi du temps surchargé.
Bon, ce n'était franchement pas donné, mais j'avais compris le message (Là, l'Univers s'est dit "Ouf, je commençais à en avoir marre de faire le singe avec mes bananes !") : j'ai signé. Et je ne l'ai pas regretté.

J'ai pratiqué la pleine conscience et j'ai médité.
En groupe, et toute seule à la maison, un peu comme des devoirs, comme dans le bouquin. Et puis j'ai un peu lâché. Et puis j'ai repris, sans me juger, parce que c'est aussi et surtout cela le principe : s'observer, s'accepter, ne pas se juger, et cent fois sur le métier remettre son ouvrage.

C'est ma bonne résolution 2016 : intégrer la méditation dans mon quotidien.
Parce qu'il est scientifiquement prouvé que cela fait du bien. Et que je ne sais pas vous, mais moi j'en ai bien besoin.


dimanche 10 avril 2016

Le bôgosse du dimanche soir (3)

Ce bôgosse, je l'ai re-découvert à la faveur d'une série télé malheureusement mort-née après une seule pauvre saison de 13 épisodes (sortis en 2014 aux Etats-Unis) : Selfie.

Selfie.jpg
Cet arrêt prématuré est franchement dommage, si tu veux mon avis, parce qu'outre le fait qu'elle affichait le sus-nommé bôgosse au casting, la série était également légère, moderne, marrante avec quelques accès de loufoquerie, délicieusement moqueuse, et pleine d'un potentiel comique, satirique et romantique qui restera à jamais inexploré.
Et le potentiel - en particulier romantique - inexploré, c'est moche.

Que cela ne t'empêche pas de visionner cette seule et unique saison (Surtout si tu connais un peu l'univers des réseaux sociaux, certains trucs te feront bien marrer) car les scénaristes ont réussi à clore l'ensemble de façon plutôt chouette, un peu comme un film dont on peut s'imaginer une suite après le générique de fin.
(Ce qui était le cas de la plupart des films avant que l'industrie hollywoodienne s'avise de développer les "franchises", brouillant les limites entre le film cinéma et ...la série à épisodes de deux heures)

Et le bôgosse donc, c'est lui : John Cho, acteur américain d'origine coréenne.

John-Cho-Patate-miam.gif
J'ai passé tout l'épisode pilote à penser "ce mec me dit quelque chose" (En dehors du fait qu'il ressemble comme deux gouttes d'eau à un de mes exs d'il y a 20 ans) (Note à moi-même : arrêter avec les références temporelles, ça va me trahir quand je commencerai à prétendre que j'ai 26 ans) avant de le gougueuler et de me rendre compte que je l'avais en effet déjà vu dans ce chef d'oeuvre du cinéma potache : Harold & Kumar go to Whitecastle.
Et non, je ne plaisante pas : oui j'ai vu ce film (Et même ses suites, si tu veux tout savoir, celui où ils s'évadent de Guantanamo, et celui tout pourri d'esprit de Nowel à la sauce ricaine), non personne ne m'a forcée, et oui je me suis bien marrée.
J'assume (Un jour je te parlerai de American Pie dont j'ai le DVD et 2 ou 3 CDs de la bande originale).

Déjà à l'époque, je l'avais trouvé plutôt canon et j'avais craqué sur sa voix suave.
Comme en plus, pour une fois, ce bôgosse-là a le bon goût d'être tout à fait "age appropriate" pour ton tubercule préféré - oui, parce qu'il a l'air d'avoir 30 ans (Comme mouaaaaa), mais en réalité il est né en 1972 ... Je t'en prie, laisse-moi fantasmer !

Et attendre patiemment de le revoir dans une prochaine série télé qui ne soit pas injustement tuée dans l'oeuf.


lundi 04 avril 2016

Patat'a vu Inside Out

(ou Vice Versa en VF)

Finalement pas au cinéma, vu que 1- c'est hors de prix et hors de mes priorités, et 2- le bruit, la foule, la procrastination, toussa toussa, mais j'ai ENFIN vu ce film d'animation des studios Pixar (On ne dit plus dessin animé, Pataaaate, ça fait ringard) dont tout le monde me vantait les mérites depuis quasiment un an; y compris toi, cher(e) patatophile qui t'es un jour fendu(e) d'un commentaire à ce sujet.

Et bien tu sais quoi ?
Tu avais RAISON : j'ai adoré ce dessin animé film d'animation.

Inside_Out.jpg
D'abord c'est Pixar, donc c'est mignon de partout, depuis les jolies couleurs acidulées jusqu'aux personnages trop choupi, en passant par la Lorraine avec mes saboooots (Pardon) l'intérieur du cerveau façon boîte à bonbons Haribo c'est bô la vie, pour les gr-... (Pardooooon !) et le dessin moderne et tout propret.
Aucune ironie ici : en tant que Patate-princesse qui chie des paillettes et chevauche une licorne dans sa tête, j'a-do-re.

Et puis c'est Pixar, donc c'est comme la boîte de bonbons sus-mentionnée : il y en a pour les grands et les petits.

Pour les petits évidemment, c'est un récit très littéral et néanmoins chamarré, qui m'a rappelé mon émerveillement de gamine devant "Il était une fois la vie" : tu sais vaguement que ça te parle de l'intérieur de ton corps (En l'occurrence, ton cerveau) mais pour toi c'est une aventure au premier degré où chaque personnage a une vie et un destin propres.
La bande d'émotions qui se disputent le tableau de commandes, la pov' petite Tristesse qui ne fait rien que des bêtises des bêtises quand t'as pas l-... (Non mais promis, j'arrête), les boules de couleur qu'il faut ranger à la fin de la journée - comme tes jouets, sauf que là tu appuies sur un bouton et elles se rangent toutes seules - dans des étagères multicolores, les courses-poursuites de nos héros au milieu d'immenses tours et d'un continent qui s'effondre sous les pas : l'a-ven-tu-re, quoi !
A la limite, si tu ne piges pas bien le rapport de tout cela avec la physiologie du cerveau ou bien la construction de la personnalité, ce n'est pas bien grave, tu t'amuses comme un petit fou parce que c'est mignon, loufoque et enlevé.

Mention spéciale à l'illustration ô combien géniale, du cerveau du chat lors du générique de fin : c'est TROP ça !!

Mais pour les grands...
Quelle richesse, quelle inventivité !
D'abord au niveau du scénario, qui conduit deux histoires en parallèle, l'une tout à fait réelle - la vie de la petite Riley - et l'autre 100% allégorique - la vie dans la cervelle de la petite Riley - , chaque événement dans l'une faisant écho à un événement dans l'autre, de façon tout à fait cohérente malgré la complexité de certains des concepts manipulés, pour parvenir à une narration commune tout à fait harmonieuse. Sans doute que Pixar n'a pas inventé l'eau chaude, mais ils réussissent à merveille à trouver la température idéale !

Et puis comme toujours, le second degré de lecture, quoi !
Les références à la physiologie du cerveau, aux phénomènes de la mémoire et des émotions, aux théories sur le développement de l'enfant ou sur l'éducation, sur le développement personnel, voire à des théories psychanalytiques... Que de clins d'oeils, que de recherche, que d'occasions de sourire, de s'émerveiller, ou de réfléchir.

J'ai vu ce film avec un pré-ado, qui a non seulement vibré pour Riley, l'injustice d'un déménagement qu'on n'a pas décidé, la difficulté de s'adapter à son nouvel environnement et de communiquer avec des parents qu'on découvre faillibles autant qu'imparfaits, mais qui a aussi très bien compris que l'on parlait d'adieu à l'enfance, et que les boules qui passaient du jaune au bleu illustraient cette terrible réalité de la vie : rien n'est jamais tout à fait heureux, il y a toujours du spleen dans l'idéal (Bon, il ne m'a pas cité Baudelaire, l'est encore un peu jeune, mais l'idée y était) (Ouais j'avoue, j'étais scotchée), et l'âge où l'on s'en rend compte n'est pas forcément facile à gérer "mais tu comprends Tata, la vie c'est comme ça, et puis ça n'empêche pas qu'on est content quand même, des fois".

Personnellement, j'ai retrouvé dans Inside Out une notion avec laquelle je me (dé)bats depuis des années : savoir reconnaître et accepter toutes ses émotions.
La tristesse en particulier, avec laquelle j'ai le plus de mal parce que justement... elle fait MAL; alors la douillette émotionnelle que je suis n'a qu'une hâte : la nier, l'ignorer, l'enfermer à triple tour dans un coffre enterré très profond avant de jeter la clé dans une faille sous-marine de son inconscient, sans vouloir reconnaître qu'elle continuera à faire du mal quand même, insidieusement (La tristesse pour moi, s'apparente un peu à un déchet nucléaire mal enfoui, tu l'auras remarqué) ni qu'elle refera surface au premier tremblement de terre.
oO0 (Amis de la métaphorie, bienvenue ici)

En cela, cette émotion personnifiée, cette petite nénette bleue qui semble indésirable et juste bonne à mettre le bazar partout, mais qui finalement trouve sa place et sauve même tous ses copains, c'est un beau message de développement personnel.
C'est en tout cas, celui qui m'est resté, et qui m'a donné envie d'écrire une blog-note.

Blog-note déjà très longue, donc je ne te ferai pas l'exégèse du film à travers le prisme du genre, mais un seul mot : girl-power et égalité ! (Oui je sais, ça fait deux)
J'ai trouvé ça merveilleux que mon petit neveu, déjà formaté à trouver que "les filles c'est trop bête et c'est nul" se prenne dans la face une héroïne trop badass (Sans être hyper-sexualisée façon Lara Croft) qui joue au hockey (Trop cooool, Tataaaaaa !) et que les émotions les plus positivement représentées soient également des filles. ET que tout ce petit monde n'ait pas besoin d'un héros masculin pour s'en sortir.

Des fois que tu n'aurais pas encore vu Inside Out, j'espère t'en avoir donné envie.


- page 1 de 212