Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 23 janvier 2018

La Patate avec un cutter dans la salle de bain (2)

Nooon, elle ne joue toujours pas au Cluedo !

Elle a juste risqué sa vie ses doigts pour aller racler le fond de ce flacon-pompe-qui-ne-voulait-plus-pomper (Et oui, je l'avais bien pressé/secoué/insulté/menacé, je vous jure : il ne voulait plus !), comme une bonne Petite Patate bien élevée par sa môman qui n'aimait pas gaspiller.

Sauf qu'une fois ledit flacon éventré, ton tubercule préféré s'est rendu compte qu'il n'y avait pas juste un petit fond à racler pendant 2-3 jours : il en restait un sacré paquet !! Damned.
Outre le fait que la crème à l'air libre pendant une durée indéterminée, c'est assez moyen pour la conservation, je te laisse imaginer les dégâts si jamais Miss PotatoCat réussissait à mettre la patte dessus... * frisson de peur *

J'ai donc fini de totalement découper le cul de mon flacon, et... je ne me suis pas retrouvée plus avancée. Certes j'aurais pu le "refermer" avec du film alimentaire (Bonjour la galère pour le défilmer/refilmer chaque jour avec les mains pleines de crème) ou avec du papier alu (Naaaaaaan, mauvaise idée Pataaaate. Chat + papier alu = tu cherches la merde crème hydratante étalée partout sur ton parquet) mais aucune de ces solutions n'était vraiment satisfaisante.

Heureusement, dans le Patat'home, on n'a pas de pétrole mais on a des idées.
Et des bocaux vides qui traînent un peu partout.

Garancia-eventre.jpg

Cela fait donc maintenant plus d'une semaine que je m'hydrate les pluches à partir de cet élégant bocal en verre de chez Weck, sans même avoir eu besoin de me risquer à calamiter tout transvaser. Et que je m'auto-félicite moi-même de tant d'ingéniosité.

Vas-y, je t'en prie, tu peux admirer la PatateGyver.


dimanche 07 janvier 2018

Lettre à France

(Oui alors je me doute que mon titre n'aura rien d'original, mais tu m'excuseras, je n'avais pas prévu de pleurer pour autre chose que la mort de Cabu ce soir, alors je n'étais pas préparée)

Chère France,
Et cher Michel, car l'un n'allait jamais sans l'autre sur la platine 33 tours de la Potato-family (Ça laisse des traces, la preuve...) (Non mais ça laisse vraiment beaucoup de traces, en fait) et aujourd'hui, j'ai un peu l'impression qu'il est mort une seconde fois.

Chers France et Michel, donc.

Du fond de mon petit cœur, merci d'avoir bercé mon enfance.
Merci pour ce merveilleux souvenir de Maman Patate préparant une tarte aux pommes un dimanche matin en chantant Hong-Kong Star avec le rouleau à pâtisserie comme micro. Merci de l'après-midi passé avec la fille des voisins, à s'enregistrer sur son radio-cassette-à-micro (Rose !) (Ouais, elle était trop pourrie gâtée, la fille des voisins) et sur Babacar et Papillon de Nuit. Merci d'avoir contribué à la bande-son de mes moments de dépression avec Evidemment et Si maman si.

Pour ces chansons-là et pour toutes les autres, en un mot comme en cent : MERCI.


J'aurais pu conclure par La minute de silence, c'eût été de circonstance, mais j'avais envie d'illustrer cette blog-note avec une chanson porteuse de plus d'espoir et de joie, parce que même si ce soir j'ai bien - bien - pleuré, je suis aussi heureuse (Et pleine de gratitude, ;-) ) d'avoir tant de jolis souvenirs musicaux.


mercredi 03 janvier 2018

C'est la saison des vœux (5)

bonne-annee-2018.jpg
(Source : ici)

D'un Nouvel An à l'autre, j'ai l'impression de me répéter : quel soulagement de voir se terminer cette année 2017 qui, malgré quelques bons moments, fut tout sauf super chouette. Dommage, l'an passé on y croyait...

Perso je n'ai pas été invitée au moindre mariage mais j'ai bien assisté à des enterrements, ça oui. Et pas l'ombre d'un Hugh Grant j'ai beau savoir que c'était dans l'ordre des choses et qu'on meurt tous un jour et * insère ici la platitude de ton choix * ... j'ai encore du mal à me dire qu'en 2018, pour la première fois depuis que je vis seule comme une grande fille, le mois de janvier ne sera pas accompagné d'une carte de bonne année de ma mamie.
Une joliment surannée, avec un paysage de neige, de beaux sapins rois des forêts et de petits chalets aux toits blancs et soulignés de paillettes argentées; même que je râlais toujours qu'elles étaient mal collées et que ça m'en fichait partout quand j'ouvrais l'enveloppe mais en vrai je trouvais ça cromeugnon, ces cartes de vœux à l'ancienne et ces quelques mots couchés sur le papier, toujours les mêmes chaque année, d'une écriture maladroite parce que l'école n'avait pas duré longtemps (Pour les filles, c'était moins important...) et qu'on y "contrariait" les gauchers en leur attachant la main du diable dans le dos.

Il n'y a désormais plus personne de vivant de la génération de mes grands-parents. Cela fait déjà quelques mois, et je ne m'y fais pas. F*ck l'ordre des choses, tu vois ?
D'innombrables traditions et souvenirs familiaux sont perdus à tout jamais, faute d'avoir été transmis (J'ai bien hérité des aiguilles à tricoter, mais qui donc vais-je appeler au secours quand j'aurai échappé une maille ?) (Alors que Mamie, elle savait les rattraper les yeux fermés); je ne sais même pas si j'ai le droit de le déplorer, car j'en suis en grande partie responsable, moi qui n'avais jamais le temps que de passer en coup de vent. Il y a des gens auxquels je suis apparentée que je ne reverrai jamais, je le sais, car notre seul lien - ténu - c'était l'existence de cette grand-mère/tante/cousine en commun.

C'est ainsi, c'est la vie.
Et ce mois-ci, je ne téléphonerai pas à une mamie qui commençait à s'inquiéter quand même paske le courrier était parti il y a 3 jours, pour lui dire que j'avais bien reçu sa carte, laquelle commençait toujours par "ma petite-fille chérie" et contenait invariablement un chèque que je n'encaissais plus depuis bien longtemps (Depuis que j'avais appris que sa "modeste retraite", comme elle disait pudiquement, la mettait en dessous du seuil de pauvreté, en fait) (Mais à part ça, tout va bien dans notre start-up nation).
Plus jamais n'appellerai une mamie pour lui souhaiter la bonne année "et surtout la santé" en promettant que je viendrais la voir cet été; oui je sais Mamie, je ne reviens pas très souvent, mais je suis loin et puis c'est le travail tu comprends ? Elle comprenait, bien sûr, et je me disais que j'était une vilaine Patate et que je serais bien punie quand moi aussi je serais enfermée entre quatre murs sans autre visite que l'infirmière ou l'aide-ménagère.

Mais je ne veux pas non plus plomber le vôtre, de début d'année.
(C'est gai hein ? T'es content(e) que je sois revenue bloguer)

2018, année de la frite, à ce qu'il paraît !
Alors je vous la souhaite, la frite (Pour une Patate, tu me diras, c'est le minimum). Croustillante à souhait mais toute tendre à cœur, avec juste ce qu'il faut de sel pour qu'on ait envie de la croquer. Comme la vie, quoi.
Qu'elle vous soit douce et légère tout au long de l'année.


dimanche 31 décembre 2017

Le visuel sur l'année ne laisse toujours rien passer

Ce n'est pas que votre tubercule préféré ait manqué de motivation (Enfin si, un peu vers le printemps-été), mais il a en tout cas pas mal manqué de régularité...

visuel-sport-2017.jpg
Il faut dire aussi que l'univers m'a mis quelques bâtons dans les roues.

D'abord, après une malheureuse tentative le 1er janvier, je n'ai jamais repris la course à pied. Non que je n'en eusse point envie mais des soucis de santé en ont autrement décidé : les joies du running pour Dame Patate, c'est terminé.

Damned !
Je ne te cache pas qu'il m'a fallu quelques temps pour l'accepter...
Ensuite, de sombres questions de budget et d'emploi du temps m'ont forcée à recentrer mes priorités et mon organisation. Jusqu'à ce qu'à la rentrée, je ne décide de me reprendre en main et d'arrêter de 1- enchaîner les crises de boulimie et 2- faire du lard dans mon canapé.

Je termine donc 2017 inscrite dans une salle de gym et bien décidée à prendre soin de mon petit corps pour qu'il arrête un peu de me tourmenter. La bonne résolution pour 2018 sera de gagner en régularité et d'avoir 2 séances par semaine non négociables au lieu de juste une-et-encore-quand-les-planètes-sont-alignées. L'idéal étant bien entendu d'arriver à faire du sport 3 fois par semaine jusqu'à la fin de mes jours.
On y croit, on y croit.


lundi 25 décembre 2017

Noyeux Joël !

(Toutes mes excuses à tous les Joëls innocents qui subissent sans doute cette contrepèterie chaque année depuis qu'ils sont en âge de se le rappeler)

Nowel-2017.jpg
Je sais très bien que Nowel n'est pas forcément une fête pour tout le monde. Je ne sais que trop le poids que certaines absences peuvent faire peser sur un réveillon - ou certaines présences... Ou bien tu t'en tamponnes la coquille d'huître avec une pelle à gâteau rouillée, et tu as toutafé raison, mais s'il y a bien une saison où tout est fait pour te renvoyer à ta différence ou à ta solitude, c'est bien celle de la fin d'année...

Malgré tout, à toi qui passe par ici en ce jour férié sinon festif, je voudrais souhaiter une jolie journée : qu'elle te soit douce, légère, et remplie de sérénité (et de bulles de Citrate de bétaïne, si tu en es déjà là ;-) ).

Et même s'il n'y a qu'une Patate pour te le dire, sache-le : tu n'es pas tout(e) seul(e), tu as de la valeur, et tu mérites des jours meilleurs.
Accroche-toi, c'est bientôt la galette des rois ! ;-)


- page 1 de 226